La pandémie covid-19 a eu un impact dévastateur sur les industries culturelles et créatives.

Partout dans le monde, les mesures de confinement ont considérablement affecté les moyens de subsistance des artistes et des professionnels de la culture, tout en réduisant la production culturelle et l’accès à un large éventail d’expressions culturelles.

Dans ce contexte, et dans le cadre de l’Année internationale de l’économie créative pour le développement durable, qui a été déclarée par l’Assemblée générale des Nations Unies, le Comité examinera les grandes questions liées à la Convention qui ont été mises en avant par la pandémie du COVID-19 

  • le statut des artistes et des professionnels de la culture ;
  • la protection de la diversité des expressions culturelles dans l’environnement numérique ;
  • Le traitement préférentiel des biens et services culturels.

Le Comité examinera également les nouvelles demandes de financement soumises au Fonds international pour la diversité culturelle dans le cadre de son 11ème appel à candidatures et réfléchira au fonctionnement actuel et futur de ce mécanisme fondamental de mise en œuvre de la Convention.

La quatorzième session du Comité examinera également une analyse préliminaire des conclusions du mouvement ResiliArt, lancée par l’UNESCO le 15 avril 2020 pour tirer la sonnette d’alarme sur l’impact de la crise sanitaire mondiale sur le secteur culturel et créatif, et aujourd’hui adoptée par plus de 100 pays de toutes les régions du monde.

Le Président du Centre français ITI/UNESCO participera en ligne à cette quatorzième session du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles qui se tiendra du 1er au 6 février 2021. Les conclusions de ces travaux seront retranscrites sur notre site www.iti-france.eu